Sunday, January 29, 2012

La motivation au travail

La motivation au travail est capitale. Elle est liée aux performances des employés et à leur bien-être. La motivation au travail est définie comme : « (...) un processus qui active, oriente, dynamise et maintient le comportement des individus vers la réalisation d'objectifs attendus. » (Roussell, 2000, p.5).

Les types de motivation au travail

La motivation peut être interne ou externe. Ainsi, certaines personnes effectuent leur travail parce qu'ils sont poussés par une motivation externe. Par exemple, ils vont alors travailler pour des raisons instrumentales, pour atteindre un but tel que d'avoir un salaire.

D'autres personnes effectuent leur travail en étant poussés par une motivation interne. Dans ce cas, c'est pour la satisfaction, le sentiment de réalisation de soi, la stimulation, l'accomplissement ou encore pour le plaisir d'apprendre, etc. qu'ils effectuent leur travail. Ce type de motivation aiderait à se réaliser dans son travail.

Lorsque la motivation cède le pas à l'amotivation

L'amotivation est lorsque la personne perçoit et s'attend à ce que ses comportements et leurs conséquences ne concordent pas (Blais et al., 1993). Elle est alors convaincue qu'elle n'a pas de contrôle sur les résultats des événements pour des raisons qui proviennent d'elle (intrinsèque) ou de son environnement (extrinsèque). L'amotivation peut engendrer une détresse importante, avoir diverses répercussions sur le travail et dans la vie de la personne.

Travailler pour remplir quels besoins ?

Selon Maslow (1943) la motivation est alimentée par le désir de satisfaire certains besoins, tel que nous l'avons résumé dans le premier article sur la motivation. Un des objectifs du travail est souvent de répondre à ses besoins de base (ex. physiologiques), mais pour se réaliser pleinement dans son emploi, l'idéal est qu'il réponde aussi à d'autres besoins comme les besoins de réalisation ou d'actualisation de soi...

Saturday, January 28, 2012

La motivation : au coeur de l'action

La motivation est ce qui incite à s'engager dans l'action et à réaliser ses projets. C'est ce qui pousse l'individu à s'investir dans la vie, à avancer malgré les défis. La motivation teinte plusieurs facettes de l'existence et permet d'accomplir de grandes choses. Inversement, les problèmes de motivation peuvent engendrer beaucoup de problèmes.

En effet, on peut parfois vivre une perte de motivation ou éprouver des difficultés à se motiver à accomplir une tâche. Lorsque cette perte de motivation se répand à tout ce qui nous intéresse en général, cela peut être un signe de dépression et indice qu'il serait important de consulter pour recevoir une aide adéquate. Mais lorsque la perte de motivation est moins généralisée on peut tenter, en premier lieu, de s'aider soi-même en cherchant à comprendre ce qui nous arrive.

Qu'est-ce que la motivation ?

La motivation est ce qui pousse la personne à s'engager dans une action. Elle peut être interne ou externe et elle est responsable :

  • Du déclenchement du comportement
  • De la direction du comportement (le but du comportement)
  • De l'intensité du comportement
  • Et de la persistance du comportement (Vallerand et Thill, 1993).

Friday, January 27, 2012

Perdre son emploi : vivre la perte et rebondir

Beaucoup de personnes sont confrontées, au fil de leur histoire, à la perte d'un emploi. Nous entamons une série de petits blogs sur cette expérience. Le premier porte sur les difficultés que peut vivre les gens qui perdent leur emploi et le deuil qui s'en suit. Le second portera sur ce qui peut être appris de cette expérience. Le troisième petit texte se penchera sur l'expérience des gestionnaires qui doivent procéder aux mises à pied.

La perte d'un emploi est une épreuve souvent difficile à vivre. Elle affecte souvent la personne à différents niveaux :

  • Atteintes à l'identité : l'identité est, pour plusieurs, liée en partie à leur travail. Par exemple, certains vont s'identifier à leur milieu de travail ou à leur profession. Cette identité peut être ébranlée lors de la perte d'emploi.
  • L'estime de soi et confiance en soi sont aussi souvent mises à l'épreuve, et il est très important de travailler à les rebâtir.
  • Plusieurs vont vivre de la honte suite à leur perte d'emploi, et ce peu importe les raisons pour lesquelles ils ont perdu leur travail. Cette émotion est très difficile à vivre, la partager, parler avec des gens qui ont vécu une expérience similaire peut aider à en diminuer l'intensité.
  • La perte d'un emploi peut aussi raviver d'autres pertes, comme des pertes d'emploi antérieures, celles de ses parents etc.
  • Beaucoup de gens seront alors en proie à une incertitude face à leur futur, à leur situation financière, etc.
  • Cela engendre du stress chez plusieurs, un stress qui peut se répercuter dans plusieurs facettes de leur vie.
  • Cette expérience peut causer une détresse psychologique qui s'aggrave parfois et prend la forme d'une dépression ou d'autres problématiques de santé mentale. Dans ce cas, il ne faut pas hésiter de consulter un professionnel qui saura aider à surmonter ces problèmes.
  • La perte d'un emploi provoque aussi ce que l'on appelle des pertes secondaires, comme la perte de collègues, d'une routine, d'un niveau de vie, etc.

La perte d'emploi : l'expérience des gestionnaires...

Mettre à pied un employé est souvent une expérience difficile pour les gestionnaires. Cela implique qu'ils accomplissent des tâches ardues et ils peuvent vivre une panoplie d'émotions en lien avec cette situation (ex. tristesse, soulagement, déception, incertitude, impuissance, colère, peur, etc.). Pour vivre cette expérience le mieux possible, il est important de bien de se préparer, s'informer et d'être conscient de la souffrance qui sera possiblement vécue tant par soi comme gestionnaire que par les employés qui perdront leur emploi avant d'annoncer la nouvelle.

Voici quelques stratégies qui peuvent aider à annoncer la perte d'un emploi à la personne qui devra quitter ainsi qu'au reste de l'équipe.

Annoncer la nouvelle aux employés qui quittent...

Il est important de toujours faire preuve d'empathie et de compassion lorsque l'on annonce à un employé qu'il perdra son emploi. Garderet (2005) a élaboré un modèle pour guider les médecins qui annoncent à un patient qu'il est atteint d'un cancer. Voici une adaptation de ce modèle au contexte d'une perte d'emploi :

L'annonce d'une perte d'emploi

  • Préparer la rencontre : allouer suffisamment de temps, trouver un lieu calme et discret, annoncer la nouvelle personnellement, etc.
  • Savoir ce que connaît déjà la personne au sujet de la situation.
  • Fournir l'information : de manière brève, concise et encourageante.
  • Répondre de manière empathique aux réactions émotives de la personne.
  • Résumer ce qui a été dit et parler des étapes qui suivront.

Pour aller au-delà de la perte : rebondir suite à la perte d'un emploi

Sans nier la souffrance souvent vécue lors d'une perte d'emploi, il est aussi bénéfique de tenter de voir ce qui peut être retiré de cette expérience. En effet, la perte d'un emploi peut être envisagée comme une transition, une occasion de prendre le temps de réfléchir à sa carrière, de réexaminer ses besoins, désirs et priorités, de penser à son futur et parfois de se réorienter.

Un processus de réflexion est entamé par beaucoup de personnes suite à la perte d'un emploi. Il est souvent bénéfique d'alors prendre le temps de procéder à une :

  • Exploration de son environnement afin de colliger des informations sur les emplois disponibles, les différentes organisations et milieux de travail...
  • Exploration de soi : réviser ses intérêts, valeurs et expériences. Voir comment ces valeurs peuvent s'actualiser dans le cadre d'un emploi peut alimenter une réflexion sur sa carrière et sa vie.

Tirer des apprentissages de cette expérience

Perdre son emploi, est aussi une occasion de se questionner et tenter de prendre conscience de :

Thursday, January 26, 2012

Fearing the Potential Loss of Your Government Job? How Will You Cope?

For many people a job is more than an income - it's an important part of who we are. So a career transition of any sort is one of the most unsettling experiences you can face in your life.

— Paul Clitheroe

First there were the rumours. Then the announcements began. In order to reduce the deficit, the Government of Canada is reducing program spending in a number of departments and agencies, and there is growing concern among many public servants that they may be among those looking for work inside and, perhaps, outside the federal bureaucracy.

Given the number of programs and services being examined, it is inevitable that some Public Service jobs will be cut. PS unions are predicting that it could be in the 10 percent range (or close de 65 000 jobs between 2011 and 2014!). Little wonder that uncertainty in the public service is rampant and morale is suffering.

Dealing with job loss

Job loss is among life's top 10 most stressful events, so successfully overcoming this challenge demands focus, commitment and a significant effort on your part.

Anyone losing his or her job will go through a number of stages of loss similar to those that people experience following the death of a loved one: shock, denial, anger, bargaining, depression, and finally, acceptance.

Affected or surplus employees

Traditionally, employment security was one of the key attractions of a public service career, but those days are gone. Nevertheless, affected employees or those declared surplus can still rely on a number of services to help cope with their situation and successfully make the transition to a new job.